RICKSHAW IMPULSE PROJECT

__________

Premier projet de l’association :
aider les Rickshaw-Wallahs du Bangladesh à améliorer leur outil de travail.

RICKSHAW IMPULSE PROJECT

__________

Premier projet de l’association :
aider les Rickshaw-Wallahs du Bangladesh à améliorer leur outil de travail.

À L’ORIGINE

« J’achète un vélo-taxi »
A l’origine du projet ? Le voyage à rickshaw de Dhaka à Delhi de Jean-Louis, qui vous raconte son histoire :
« Je débarque un jour d’octobre 2008 à Dhaka au Bangladesh, la capitale emblématique des rickshaws (vélo-taxi) si il y en avait une, avec en main les coordonnées de Mustaffa, paysan villageois devenu «rickshaw driver». Avec lui, je plonge dans les quartiers populaires de banlieue et m’immerge aussitôt dans l’univers étourdissant des Compagnies de rickshaws. J’achète un vélo-taxi pour appréhender plus encore leur quotidien et pars seul au guidon de mon triporteur sur les routes du pays, avant de poursuivre mon voyage en Inde.

Lire plus

Un périple de 4200 km à travers le sous-continent indien duquel je retiens, entre autre (!), l’abandon des rickshaw-wallahs à leur propre sort par quelque autorité que ce soit, le sort de devoir pédaler si dur à faire un des métiers les plus pénibles au monde …

Quatre ans plus tard, je retourne à Dhaka et propose à mon ami Mustaffa d’installer des vitesses dérailleur/plateau avant sur son rickshaw. « That’s so great ! That’s so easy !» s’enthousiasme Mustaffa aux premiers tours de roue.
Mais quelques semaines plus tard, le constat : la chaîne ne cesse de sauter. L’installation n’est manifestement pas adaptée aux contraintes qu’exercent sur le rickshaw bosses et nids de poule qui parsèment les rues de Dhaka …
Il faut donc imaginer autre chose pour que les rickshaw-wallah s’usent moins à la tâche … »

LE CONTEXTE

Les rickshaw-wallahs s’usent à la tâche

Le rickshaw au Bangladesh ? Bien plus qu’un simple moyen de transport …
Palliant aux insuffisances des transports en commun du pays, le rickshaw est très largement utilisé au Bangladesh. Plus de 20 millions Bangladais vivraient aujourd’hui indirectement du rickshaw, dont plus de 2 millions de rickshaw-wallahs. Un chiffre à mettre en perspective avec les autres minorités marginalisées du pays dont l’ensemble représente moins de 1 million de Bangladais. Rarement propriétaires de leur rickshaw, les rickshaw-wallahs s’usent à la tâche en se soumettant à des cadences infernales pour s’assurer

Lire plus

le dû de leur location et un revenu substantiel qui reste un des plus faibles de leur pays. Support d’un art populaire décoratif depuis les années 1950 faisant des rickshaws de véritables oeuvres d’art ambulantes, le rickshaw du Bangladesh est composé d’une partie cycle de conception industrielle assortie d’une partie charrette de conception artisanale. Avoisinant les 80 kg, il est pourvu d’un système de transmission mono-vitesse inadapté aux efforts requis conditionnés par le trafic et par le relief. Lancer le rickshaw au démarrage ou franchir les ponts et leurs pentes conséquentes est chaque fois une véritable épreuve !

Depuis leur introduction dans le pays dans les années 1930, aucune amélioration n’a été portée sur les rickshaws du Bangladesh, en particulier au niveau de la transmission, à part l’adaptation controversée de moteurs électriques sur les Rickshaw en 2010.
Cette assistance motorisée, consommatrice d’énergie quoi qu’il en soit, est inadaptée au contexte énergétique du Bangladesh, pays pour lequel, rappelons-le, la pénurie d’énergie est reconnue comme un frein à sa croissance.

NOTRE PRÉOCCUPATION

Ancrer nos propositions dans une réalité de terrain

Notre obsession ? Nous ancrer dans la réalité de terrain …
Des années 1970 surgit l’OXTRIKE, un rickshaw conçu par un ingénieur de Grande Bretagne. Une ergonomie reprofilée, de nombreuses innovations techniques, et des ONG le perçoivent aussitôt destiné pour se substituer aux rickshaws du sud est de l’Asie. Il n’y verra jamais le jour, boudé par les intéressés ! Les matériaux utilisés, son mode de fabrication, sa technologie sont à mille lieux de l’économie locale du rickshaw. Des années 2010 surgissent les moteurs électriques d’assistance sur les rickshaws du Bangladesh… un pays dont la pénurie d’énergie est reconnue comme un frein à son économie… tant et si bien que les autorités locales ont interdit

Lire plus

depuis quelques mois l’utilisation de ces moteurs, en commençant par le secteur de Dhaka. Impulse projects se donne pour objectif l’installation d’une transmission mécanique innovante d’aide au démarrage sur les rickshaws du Bangladesh. Notre préoccupation majeure est d’inscrire notre projet dans l’organisation économique et sociale actuelle de la production et de l’exploitation du rickshaw. L’artisan du quartier soudera toujours le châssis de la partie charrette de conception artisanale, sur la partie cycle de conception industrielle. Le fabriquant d’arceaux de la capote, le mistry (mécanicien) qui assemble le tout, et l’artiste peintre qui décore le rickshaw, tous exécuteront leur tâche comme à leur habitude, préservant leur savoir-faire… et aussi leur emploi !

Attachés au Low Tech et à l’analyse de la valeur, à savoir « concevoir un produit parfaitement adapté aux besoins de son utilisateur et ce au coût le plus faible », nous veillerons à ce que les solutions techniques proposées :
Apportent une amélioration substantielle pour la transmission des rickshaws ;
Soient d’un prix accessible ;
Puissent être dupliquées avec les moyens locaux;
Soient susceptibles de pouvoir être développées en open source

Nous escomptons en priorité une diminution de la fatigue physique des rickshaw-wallahs, et de fait, une amélioration de leur santé, de leur condition humaine. Moins fatigués, le nombre de jours d’arrêt de travail auxquels leur santé fragile les contraint seront moins nombreux, augmentant de fait leur revenu.

NOTRE STRATÉGIE

Nous créons des partenariats

Notre stratégie ? L’entraide, le partage d’informations et d’expériences
L’équipe de Impulse Projects ambitionne de faire émerger des solutions techniques innovantes d’aide au démarrage et de les installer sur les rickshaws du Bangladesh. Pour ce faire, nous créons des partenariats avec des O.N.G., associations, établissements d’enseignement supérieur, entreprises ou «simples particuliers». Nous appuyant sur un réseau de partenaires locaux déjà identifiés par notre expérience vécue de terrain (rickshaw-wallahs, maleks (propritéiare de rickshaws), ONG travaillant sur ces problématiques…), notre réseau ne demande qu’à se consolider et s’enrichir de vos

Lire plus

propres réseaux. Nous sélectionnerons en concertation avec ces partenaires la ou les solutions parmi les propositions formulées. C’est toujours avec eux que nous élaborerons les lancements pré-opérationnel de la ou des solution(s) technique(s) d’aide au démarrage retenue(s). L’ampleur et le maillage de notre réseau et la complémentarité de ses membres nous permettront de retenir les solutions techniques les plus appropriées et d’apporter une expertise pour lancer leur production. Fort de votre expérience et de votre intérêt pour notre projet, n’hésitez pas à nous rejoindre et enrichir notre réseau de vos compétences.

La solution technique devra être produite au Bangladesh si possible suivant des prototypes développés en amont. En sollicitant des acteurs locaux pour la production, ainsi que pour la mise en œuvre, nous inscrirons le projet dans le schéma de l’économie locale en s’attachant à contribuer à son dynamisme.

La distribution de l’innovation technique peut être envisagée par différents canaux. Au regard de la réalité du terrain aujourd’hui, celui des commerçants de pièces de rickshaws nous semble pour l’heure le plus approprié et sera de fait privilégié.

Nous envisageons de confier l’installation du dispositif aux mistrys (mécaniciens) exerçant dans les rues ou dans les compagnies de rickshaws.

NOS BESOINS

SE FAIRE CONNAÎTRE

Aidez-nous à faire connaître le projet en le partageant sur vos réseaux, en en discutant autour de vous.

Nous sommes en recherche constante de plateformes sur lesquelles poster le projet afin de récolter un maximum d’idées et de rencontrer le plus de personnes susceptibles d’apporter leur connaissance.

Vous connaissez une plateforme collaborative ?

Afin de rendre plus clair et visible l’ensemble des recherches, nous devons mettre en place un lieu virtuel où les rassembler en toute transparence.

CENTRALISER LES IDÉES

TESTER LES SOLUTIONS

Lorsqu’une proposition semble fiable, il nous faut donner les moyens à celui qui en est à l’origine de tester sa solution.
Mise à disposition d’un rickshaw, prêt de materiel, recherche de local pour travailler…

C’est à cela que servent les fonds récoltés.

Lorsqu’une solution viable aura été trouvée, il nous faudra nous rendre sur place au Bangladesh, auprès de nos correspondants, pour effectuer les derniers tests et travailler à la divulgation de la solution.

SE RENDRE SUR PLACE

SE FAIRE CONNAÎTRE

Aidez-nous à faire connaître le projet en le partageant sur vos réseaux, en en discutant autour de vous.

Nous sommes en recherche constante de plateformes sur lesquelles poster le projet afin de récolter un maximum d’idées et de rencontrer le plus de personne succeptible d’apporter leur connaissance.

Vous connaissez une plateforme collaborative ?

Afin de rendre plus clair et visible l’ensemble des recherches, nous devons mettre en place un lieu virtuel où les rassembler en toute transparence.

CENTRALISER LES IDÉES

TESTER LES SOLUTIONS

Lorsqu’une proposition semble fiable, il nous faut donner les moyens à celui qui en est à l’origine de tester sa solution.
Mise à disposition d’un rickshaw, prêt de materiel, recherche de local pour travailler…

C’est à cela que servent les fonds récoltés.

Lorsqu’une solution viable aura été trouvée, il nous faudra nous rendre sur place au Bangladesh, auprès de nos correspondants, pour effectuer les derniers tests et travailler à la divulgation de la solution.

SE RENDRE SUR PLACE

SE FAIRE CONNAÎTRE

Aidez-nous à faire connaître le projet en le partageant sur vos réseaux, en en discutant autour de vous.

CENTRALISER LES IDÉES

Nous sommes en recherche constante de plateformes sur lesquelles poster le projet afin de récolter un maximum d’idées et de rencontrer le plus de personne succeptible d’apporter leur connaissance.

Vous connaissez une plateforme collaborative ?

Afin de rendre plus clair et visible l’ensemble des recherches, nous devons mettre en place un lieu virtuel où les rassembler en toute transparence.

TESTER LES SOLUTIONS

Lorsqu’une proposition semble fiable, il nous faut donner les moyens à celui qui en est à l’origine de tester sa solution.
Mise à disposition d’un rickshaw, prêt de materiel, recherche de local pour travailler…

C’est à cela que servent les fonds récoltés.

SE RENDRE SUR PLACE

Lorsqu’une solution viable aura été trouvée, il nous faudra nous rendre sur place au Bangladesh, auprès de nos correspondants, pour effectuer les derniers tests et travailler à la divulgation de la solution.

FAITES PARTIE DU PROJET

Nous suivre et recommander l’initiative du Rickshaw Impulse Project à votre réseau.

Pin It on Pinterest

Share This